Menu
Recherche



Le Monde

Fermer Illergan

Fermer Illustrations

Fermer Un peu d'humour

Jeu de rôle

Fermer Actions

Fermer Bestiaire

Fermer Magies

Fermer Objets

Fermer Personnages

Fermer Religion

Partenaires
         
Visites

 65847 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Illergan - Civilisations



Attention, le contenu de cette page ayant été transféré vers le nouveau site illergan.fr, il ne sera plus mis à jour !




Organisation sociale des peuples illerganéens

Par Fylia Hean, Grande Archiviste de Visundy.

Illergan est le Monde qui comprend le continent du Vacyentir, le sous-continent de Lerg, la grande île de Nyrgu, et les trois archipels de Vag Solf, Vag Gan et Vag Larm. Il abrite de nombreuses races, et leur différence la plus flagrante, outre celle du physique, est très certainement celle de l'organisation de ces différents peuples. Ainsi, nous pouvons distinguer des peuples ayant une organisation plus ou moins complexe.

La plus difficile à appréhender est, sans nul doute, celle des Humains : étant par nature peu enclins au partage, les Hommes se disputent sans cesse le pouvoir, et le plus fort est celui qui l'obtient. Par la suite, les autres, de rangs "inférieurs" le suivent et lui obéissent, avec plus ou moins d'entrain. Cet homme, ou cette femme (mais ce cas est décidément plus rare), est nommé seigneur, roi ou empereur selon l'ampleur de son territoire. On peut ensuite trouver une pléiade de rangs tout à fait relatifs selon les régions, le moins élevé est celui de paysan ou de berger, et de manière plus générale le rang qui nourrit les autres. La piétaille, les soldats de "basse qualité" mais dont le nombre décide du cours d'une bataille ne sont souvent que des paysans ayant décidé de risquer leur vie de temps en temps, en échange d'un toit et de nourriture tous les jours. Puis viennent les marchands, les artisans, les mercenaires, les officiers ainsi que tous ceux qui sont reconnus pour la maîtrise de leur "art" (quel qu'il soit). Ensuite les conseillers et les représentants du seigneur : d'aucuns prétendent que ce sont eux et non pas le seigneur qui détiennent le véritable pouvoir, et c'est peut-être parce qu'ils sont les meilleurs du rang précédemment décrit, soit des individus excellant dans la guerre, la finance ou autres disciplines indispensables. Enfin, le rang le plus élevé : le seigneur et sa famille, également appelés "nobles“, ont des droits et des devoirs (mais surtout des droits) que leur procure leur simple naissance. Les humains définissent ce système social par un seul mot : "féodal".

Il est à noter que les seigneurs des territoires humains se rassemblent parfois en coalitions pour former des royaumes ou des empires, afin de pouvoir se mesurer à d'autres coalitions, l'exemple le plus flagrant est bien sûr celui du Vacyentir, en effet l'Empire de Vacylnor qui comprend tout le continent n'obéit qu'à Vacylnor elle-même (sa capitale) et son ennemi héréditaire n'est autre que le Royaume de Lerg.


Ensuite, nous pouvons distinguer un autre système, celui des Servénors. Il n'est guère recherché, et on peut penser que c'était celui qu'utilisaient les humains il y a fort longtemps. Les Servénors, donc, utilisent un système clanique : à la tête du clan, se trouve le ou la patriarche, désigné par leurs Dieux afin de mener le clan à travers tout Illergan. Ils détiennent le pouvoir, bien qu'une sorte de "conseil" ait lieux lors d'événements importants; y assistent les guerriers les plus valeureux et les chamans, gardiens de la connaissance. Néanmoins, chacun voue une crainte et un respect profonds aux patriarches, ce qui assure leur place jusqu'à la fin de leur vie. A la mort d'un patriarche, selon les lois du clan, soit le meilleur des guerriers soit la chamane la plus puissante devient patriarche à son tour, les clans du nord ont tendance à préférer la robustesse du guerrier à leur tête et ceux du sud privilégient la sagesse et l'érudition. Mais les guerrières ainsi que les chamans "mâles" ne peuvent se présenter aux "épreuves céleste" qui doivent décider du nouveau patriarche. Il est à noter que, même si seuls certains guerriers et les chamans ont leur mots à dire durant les conseils, chacun, dans le clan, peut s'exprimer librement. Ce dernier point provoque une incompréhension totale chez les autres peuples d'Illergan

Le système suivant est la très particulière organisation Naine.
Chez les Nains, il n'y a pas de royaume ni "d'alliance" à proprement parler; chaque cité se gère elle-même et exerce son pouvoir sur les terres (montagneuses) alentours. Néanmoins, parfois, pour des raisons économiques ou militaires, plusieurs cités peuvent s'allier, et la plupart du temps, ces alliances durent des décennies, et même au-delà. Chaque cité est dirigée par un Conseil des Sages, qui compte la plupart du temps vingt-cinq membres. Ce Conseil des Sages est composé des représentants des Ordres qui font vivre la cité et la défendent; chaque Ordre "fournit" cinq représentants au Conseil : le chef de l'Ordre, plus quatre hauts fonctionnaires. Nous pouvons compter cinq Ordres, ils regroupent eux seuls toute la population de la cité : il y a l'Ordre militaire, l'Ordre marchand, l'Ordre des mineurs, celui des forgerons et, enfin, celui des bâtisseurs. Le point le plus important de ce système est sans doute le fait que, parmi chaque Ordre, un texte rapportant les doléances de ses Nains est remis au Chef de l'Ordre, qui s'efforcera, au moins, d'obtenir des réponses au Conseil des Sages, au mieux, des améliorations pour les membres de son Ordre. Chaque Chef d'Ordre, peu avant sa mort, décide de qui lui succèdera à la tête de l'Ordre; le nouveau Chef choisit, lui, les quatre membres de son Ordre qui l'accompagneront au Conseil, et ce, dès qu'il apprend sa futur nomination. Dans le cas où le Chef de l'Ordre meurt prématurément, ce sont les vingt-cinq membres les plus hauts placés qui votent afin de désigner un nouveau chef, mais le Conseil des Sages peut opposer son véto s'il soupçonne une conspiration ayant abouti à l'assassina du Chef alors décédé.


Enfin, le dernier système est celui que, nous autres Elfes, utilisons. Tout d'abord, il faut savoir que notre société compte plusieurs rangs : tout d'abord les non marchands, ils sont la plupart du temps pauvres et travaillent pour des personnes plus fortunées; néanmoins, les personnes "fortunées" leur fournissent la plupart du temps un habitat décent et un emploi de serviteur ou de porteur. Contrairement à chez les Humains, cette basse classe est une nette minorité composée de simples d'esprit, d'orphelins et de divers individus abandonnés des Dieux. Ensuite viennent les marchands roturiers, qui vendent et produisent leurs produits (les deux sont indissociables dans notre société) souvent à l'intérieur même de leur ville ou village, et plus rarement à d'autres villes peu éloignées. Ceux-ci forment ce que les Humains appelleraient le "peuple". Ils possèdent une petite richesse, vivent humblement mais ne sont pas pauvres, et ont souvent les moyens de se payer les services de quelques non marchands; il leur arrive également de se mettre au service de la caste dirigeante. Les plus riches des marchands roturiers peuvent faire parvenir leurs doléances à la caste dirigeante, c'est-à-dire aux grands marchants. Ces derniers - à leur tête trônent une Reine et sa famille - disposent du pouvoir : ils engagent et dirigent l'armée, imposent leurs taxes sur des passages commerciaux importants, et gèrent la diplomatie avec les autres races et villes Elfiques. Ils ne produisent pas eux-même leurs richesses : ils pratiquent l'esclavagisme. Une partie de leur fortune est en effet constituée d'individus de toutes races, mais principalement de tribaux comme les gobelins ou les orques, qui travaillent dur et jusqu'à leur mort sous la surveillance de l'armée. Cette dernière constitue la dernière classe, elle est tout à fait dissociée du reste de notre système : en effet, les rangs de l'armée peuvent être composés d'Elfes de tous rangs, bien que ceux de rangs élevés préfèrent une carrière de diplomate ou d'érudit. Cette classe se distingue des autres par le fait que n'importe lequel de ses membres peut prétendre à un titre plus élevé, sans que sa richesse soit prise en compte; en effet, seules la valeur au combat et l'intelligence tactique comptent pour accéder à des postes d'officiers.

Organisation sociale des peuples chaotiques

Anagan, maître historien de Vag Larm.

L'organisation sociale des Artarüls n'est pas aussi chaotique que l'on pourrait le croire. Elle est effectivement dépourvue de notion de dynastie et encore plus de celle de rang social dû à la naissance. Mais cette civilisation est très organisée (à sa manière) et ce n'est pas pour rien qu'elle domine le Monde du Chaos depuis des millénaires.
On trouve trois castes chez les artarüls : les Raknals (dont le Roi), le clergé et les roturiers.
Le Roi est un artarül quelconque qui s'est emparé du pouvoir, soit par un coup d'Etat, soit par sa popularité auprès du peuple. Il peut être issu de n'importe quel milieu et tant que ses actes sont populaires personne ne tentera lui prendre sa place. C'est lui qui choisit la caste dirigeante : les Raknals. Mais ses membres sont souvent les mêmes car le Roi est rarement assez fou remplacer tous les dirigeants du royaume par des artarüls inexpérimentés. Les Raknals contrôlent l'armée, l'économie et le commerce du royaume, empêchant ainsi la formation d'une nouvelle élite puissante chez les humains : la bourgeoisie.
Les roturiers sont rarement très pauvres, contrairement à ceux du système féodal, car les tâches les plus dures et les plus ingrates sont confiées aux nombreux esclaves d'autres espèces qui sont généralement des prisonniers de guerre. Ainsi ce sont surtout des artisans, des militaires et des fermiers propriétaires de leurs terres qui composent le peuple artarül. Les nombreux mages artarüls comme les artkars sont généralement dans l'armée. Ils y jouent un rôle très important car les guerres, dans le Monde du Chaos, sont en grande partie magiques.
Enfin, le clergé des artarüls est indépendant des Raknals et du Roi, même si c'est ce dernier qui désigne le Haut Evêque, car il ne peut lui donner d'ordres. Ce clergé est composé de mages qui assurent le rôle de gardiens de l'ordre et qui font respecter les dieux au sein du royaume. Ils n'interviennent jamais dans la politique extérieure mais s'occupent des nombreux prisonniers de guerre : les prisonniers artarüls sont sacrifiés ou intégrés de manière définitive au royaume comme roturiers ou membres du clergé, et les prisonniers d'autres races (servénors, elfes, humains, orques, etc...) sont réduits en esclavage jusqu'à leur mort.



Date de création : 10/06/2010 # 17:25
Dernière modification : 14/05/2017 # 19:45
Catégorie : Illergan
Page lue 1034 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 50 membres


Connectés :

( personne )
Culture
On s'enc*le ?
 
Définitivement
J'ai poney, désolé
Jamais entre les repas
Résultats
Le Forum
Nous avons l'honneur de vous présenter le forum d'Illergan!

lien-illergan.jpg
Informations
Pour nous contacter, merci d'envoyer un mail à  : illergan.admin@gmail.com

Merci à vous !
Licence
Contrat Creative Commons
Illergan by Youri Palevody - Erwann Delpoux - Thomas Deschastres
est mis à disposition selon les termes de la
licence Creative Commons Paternité -
Pas d"Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France
.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence
peuvent être obtenues à
illergan.admin@gmail.com.

Par ailleurs, ce site et tout son contenu sont protégés par la loi du droit d'auteur du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985.
Tous droits réservés - 2005 - Youri Palévody - Erwann Delpoux - Thomas Deschastres

Texte à méditer :  Qu'importe qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent !

Caligula fut indéniablement le premier maître du jeu de l'Histoire.

   

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^