Menu
Recherche



Le Monde

Fermer Illergan

Fermer Illustrations

Fermer Un peu d'humour

Jeu de rôle

Fermer Actions

Fermer Bestiaire

Fermer Magies

Fermer Objets

Fermer Personnages

Fermer Religion

Partenaires
         
Visites

 64571 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Religion - Cultes


Attention, le contenu de cette page ayant été transféré vers le nouveau site illergan.fr, elle ne sera plus mise à jour !

Ancêtres
Culte exclusivement nain

Déesse Noire

Culte exclusivement elfique

Vikasar
Culte principalement elfique

Main de la Vérité & Démonisme
Histoire commune
Main de la Vérité
Culte principalement humain
Démonisme
Culte principalement humain

Dieu ailé
Culte cosmopolite

Toh-Argan

Culte cosmopolite

Haranisme
Culte de mages



Les Ancêtres

Histoire

Lorsque les nains ont fait leur première apparition en Illergan, ils vénéraient déjà leurs Ancêtres. Mais cette croyance n'a cessé de s'amplifier depuis lors, prenant ainsi la forme d'un véritable culte, avec tout ce que cela implique de rites et de traditions. C'est d'ailleurs pour cette raison que l’appartenance à un clan est si importante chez les nains puisque chaque clan possède ses propres Ancêtres légendaires. Depuis la création de la cité de Dysarlysy ainsi que la normalisation des rites et traditions naines au milieu du Premier Âge, le culte n’a que peu évolué, bien qu'on ait vu depuis apparaître les fameux Coffrets de Mémoire.
Chaque clan nain possède un panthéon d’Ancêtres dans lequel un nain du clan ne rentrera, à sa mort, que s’il a été brave et méritant tout au long de sa vie. Les dépouilles et les objets des Ancêtres sont entreposés dans des caveaux claniques appelés Taan Nilk.

Religion

Le culte des Ancêtres, de part son ancienneté, est profondément ancré dans les coutumes naines. Il en résulte que très peu de nains ne révèrent pas leurs Ancêtres. Les prières adressées aux Ancêtres sont des demandes de force, de courage et parfois même d'artéfact. En effet, en cas de menace importante, il n’est pas rare de voir un nain sortir du Taan Nilk de son clan avec une puissante relique à la main. Il s'agit dans ce cas d'un objet ayant appartenu à un Ancêtre particulièrement vénéré et qui, en passant des dizaines voire des centaines d'années sur la sépulture de son propriétaire, a vu sa puissance décuplée.
Le fidèle peut faire des offrandes diverses : crânes ou yeux d'ennemis vaincus (des monstres en général), pierres précieuses, artéfacts puissants, etc... Ils les placent dans le Taan Nilk qu'ils n'ouvrent qu'en cas de crise ou bien pour déposer une offrande. A noter que ce lieu n'est jamais verrouillé, mais toujours bien gardé et situé stratégiquement dans la cité.
Dans leurs Coffrets de Mémoire, les nains peuvent accumuler les trophées gagnés au nom de leurs Ancêtres. Ils s'en servent d'autel pour prier lorsqu'ils sont loin de leur Taan Nilk, mais c'est aussi par le biais de ces Coffrets que les Ancêtres aident leurs descendants.
Malgré la place importante qu'il prend dans la société naine, ce culte est très personnel et donc aussi très discret. Par ailleurs, les nains ne rejettent pas les autres cultes (dans certains cas rares, il y adhèrent même en sus de leur religion natale) car ils ne voient pas les Ancêtres comme la cause de toute chose, mais plutôt comme des modèles de sagesse, de bravoure et de force. Ils considèrent en revanche que seuls les Ancêtres des nains ont la puissance nécessaire pour venir en aide à leurs descendants.



La Déesse Noire

Histoire

La Déesse Noire était autrefois vénérée par la grande majorité des elfes d'Illergan. Elle se faisait nommer Démyana à cette époque, et ses fidèles se devaient de vivre en harmonie parfaite avec la nature. Après la séparation des elfes sylvains et des elfes du Lac, vers la moitié du Premier Âge, les seconds ont cessé d'adorer cette déesse de la forêt pour créer un nouveau culte, celui de Vikasar. Or, comme les adeptes de ce nouveau culte sont bien plus aventuriers et voyageurs que les traditionalistes de la Déesse Noire, c'est essentiellement le culte Vikasar qui s'est exporté partout en Illergan lors de l'expansion des elfes vers le nord, devenant ainsi petit à petit le culte majoritaire chez les elfes (ce qui est toujours le cas aujourd'hui). Les adorateur de la Déesse Noire se font appeler les Sorlams (dérivé de "tradition" en elfique) depuis que leur culte est devenu minoritaire.
Étonnamment c'est au nord, dans la forêt de Ciarl, que s'est développée la plus grande cité Sorlam : Sarlim. Elle a été bâtie initialement autour d’un lieu saint : le temple où la déesse Démyana est apparue pour la première fois devant ses fidèles en l'an 1287 : Elle s’est présentée ce jour-là comme étant Démyana, la Déesse Noire. Devant une trentaine de fidèles, elle a commencé à dicter avec précision les nouvelles règles de vie à respecter si les Sorlams voulaient devenir de "vrais" elfes. Les 34 fidèles sont devenus aveugles suite à leur vision et ont décidé d’arpenter Illergan pour diffuser la parole de la déesse et faire savoir aux elfes que Démyana s’était manifestée. Depuis ce jour, le nombre 34 a un caractère sacré aux yeux des Sorlams, et les tombes des 34 Vahilns - réparties dans tout le Vacyentir - sont devenues des lieux de recueillement
sacrés. L’apparition de la déesse marque un important bouleversement dans la vie des Sorlams puisqu’elle est à l'origine de la plupart des coutumes qui les démarquent aujourd'hui des autres elfes.

Religion

Les Sorlams sont aussi appelés "elfes noirs" à cause des baies de Tivana qu’ils mangent en abondance et qui rendent leur sang noir. Par ailleurs consommées pour leurs qualités nutritives, ces baies sont un aliment obligatoire pour les Sorlams. Seuls quelques élus n’en consomment pas, car ils sont nés avec le sang noir. Ces élus sont appelés les Sudactas ("sang pur" en elfique) et sont généralement en haut de l’échelle hiérarchique Sorlam. On compte actuellement environ 1 Sudacta pour 1000 Sorlams. Ils incarnent l'elfe parfait, descendant de la Déesse Noire, et sont souvent plus agiles et plus forts que les autres elfes.
La déesse noire exige de ses fidèles une dévotion totale qui se traduit en grande partie par des scarifications régulières. Cette pratique est en effet très courante chez les Sorlams et ces derniers arborent leurs cicatrices avec beaucoup de fierté. Lors d'une scarification, un Sorlam va généralement utiliser son propre sang pour accomplir un rituel ou une offrande.
La Déesse Noire étant la déesse de la nature, les Sorlams lui offrent le plus souvent de la nourriture, des plantes, du sang, des sacrifices animaliers et même parfois humanoïdes. Le don d’objets ou de richesses est en revanche prohibé par les fondements sacrés de la religion. En effet, les Sorlams ont un mode de vie très épuré, pour eux la grandeur vient des sacrifices
consentis (au sens large) et non des richesses possédées, ce qui est à l'opposé des axiômes des Vikasars.
Même si les coutu
mes des Sorlams sont très austères et peu accueillantes, ils n’ont pas vraiment de mal à vivre près des autres elfes sylvains, bien qu’ils qualifient ces derniers d'Itaras ("pleutres" en elfique). Excepté à Sarlim où il n'y a que des elfes noirs, la majorité des cités elfiques sylvaines comptent un quartier Sorlam qui vit quasiment en autarcie, c'est à dire que ses habitants ne se procurent auprès des autres citadins que ce qu'ils ne sont pas capables de générer eux-même.
Les deux seules raisons qui peuvent pousser un Sorlam à quitter sa forêt natale sont le pèlerinage vers l’une des tombes des 34 (ou vers Sarlim) et la diffusion aux Itaras des préceptes de la Déesse.
On reconnaît d'ailleurs facilement les Sorlams (qu'ils soient en pèlerinage ou en mission) car, en plus d’arborer explicitement leurs cicatrices, ils se vêtissent systématiquement de noir et laissent leurs armes apparentes. Parmi eux figurent d'ailleurs les meilleurs archers du Vacyentir.


Vikasar

Histoire

Après avoir quitté leur forêt, les désormais nommés "elfes du lac" rencontrent pour la première fois les humains vers le milieu du Premier Âge, autour du Lac Vestyl. Rapidement, un commerce de biens, de savoir et de savoir-faire s'établit entre les deux peuples, et les elfes se révèlent brillants dans l'art de la gestion et du négoce. Seul écueil, ce nouveau mode de vie peine à s'accorder avec les préceptes de Démyana que les elfes vénèrent depuis toujours. C'est donc sans surprise qu'un nouveau culte voit le jour sur les rives du Grand Lac, un culte dans lequel le mouvement (et par extension le voyage et le commerce) est l'essence même de la vie : c'est le culte Vikasar.
Les fidèles, que l'on appelle maintenant les "Vikasars", vénèrent un trio de Dieux ainsi que deux Acolytes pour chaque Dieu : Fynn est le Dieu du commerce, il est toujours accompagné de Peliel, Acolyte de l’échange, et Aten, Acolyte des biens. Yliana est la Déesse de la nature, elle est suivie par Elë, Acolyte du ciel, et Hiriel, Acolyte de la terre. Enfin, Sunilda est la Déesse de la vie, elle est servie par Valor, Acolyte de la parole, et Numiel, acolyte du foyer.
Ces Dieux exigent de leurs fidèles de nombreuses offrandes en échange de leur savoir divin. Et en effet, les dieux envoient régulièrement (plusieurs fois par siècle) l’un des six acolytes afin de communiquer aux Vikasas un savoir, un ordre, un avertissement... Chaque lieu d'une telle apparition est ensuite éternellement marqué et les Vikasars s’y rendent par la suite souvent pour déposer leurs offrandes.
La totalité des elfes du lac adoptent ce culte peu après son apparition et, quelques siècles plus tard, une partie des elfes sylvains sont finalement conquis par ce nouveau culte plus dynamique et moins austère que celui des Sorlams. Ils érigent même au centre de la plus grande cité sylvaine de l’époque, Fymasy, une statue de Fynn de 50m. La statue est tellement grande qu'on peut l'apercevoir en grimpant en haut de n'importe quel arbre de cette forêt, dit la légende. La clairière autour de la statue, appelée "La clairière de Fynn", est encore aujourd'hui le plus grand lieu de culte pour les Vikasars. Ils se font d'ailleurs tous un devoir de déposer au moins une fois dans leur vie une offrande aux pieds de la statue.

Religion

Bien que ce culte soit en majeure partie vénéré par les elfes d'Illergan, il est aussi adoré par certains non-elfes (majoritairement en Lerg), essentiellement des humains, et quelques servénors. Le culte étant basé sur le mouvement au sens large (le voyage, l'échange...), tout dans la vie des Vikasars doit être extrêmement dynamique. Cette croyance est d'ailleurs à l’origine du système hiérarchique elfique tel que nous le connaissons de nos jours. En effet, toute individu non-marchand n’est pas digne de la considération des Dieux, et l’esclavage est monnaie courante chez les Vikasars. Dans ce système, les seuls individus respectables qui ne sont pas destinés à être des marchands sont les militaires. Même les prêtres du culte sont en quelque sorte des marchands puisqu'ils échangent leurs bénédictions contre des offrandes. Ces dernières sont le plus souvent des objets de valeur, de l’or ou, plus rarement, de la nourriture. Les bénédictions des prêtres et - indirectement - des Dieux visent à donner au fidèle la ténacité et l'ingéniosité nécessaires pour faire fortune.
Évidemment, un Vikasar se doit d’être le meilleur marchand possible, quitte à aller échanger sa marchandise dans les contrées les plus lointaines. Il se doit également de respecter toute chose vivante et de prier régulièrement pour remercier chaque être vivant "innocent" (animal, végétal) qu’il blesse ou tue. Enfin il doit admirer et craindre les éléments de la nature pour leur beauté mais aussi pour leur puissance. S’il suit cette ligne de conduite, il sera à sa mort réincarné en un nouvel être avec une meilleure position dans la hiérarchie de son peuple.
Les Vikasars sont très ouverts et acceptent très bien les fidèles des autres religions. Un Vikasar sera même prêt à écouter le prosélytisme d’un prêtre d’une autre religion si tenté qu’il puisse par la suite lui vendre un de ses produits. Il est d’ailleurs très difficile de convertir un Vikasar à une autre religion car son propre culte fait partie de la structure même de la société elfique. Si un fidèle commence à douter, à perdre son sens des affaires, il lui suffit de rejoindre l'un des nombreux lieux où les Acolytes sont apparus pour ressentir en lui le lien avec ses Dieux. Quand aux Vikasars moins hésitants, ils s’habillent le plus richement possible afin d’impressionner les étrangers (et leurs paires) et de donner une bonne image du culte. Jusqu'à leurs armes sont ornées de d'or, d'argent et de pierres précieuses.


La Main de la Vérité et les Démonistes

Histoire commune

Suite à l'intronisation de Vacynaar en tant que roi des hommes du Vacyentir et à la création de la cité de Vacylnor à la fin du Premier Âge, les humains commencent à prospérer en paix en Illergan. Les principaux ennemis des humains - les servénors et les tribaux - ne constituent plus une menace à cette époque, et la société du Vacyentir tend à se reposer sur ses lauriers. Petit à petit, les veilles coutumes austères disparaissent du Vacyentir et les préceptes des anciennes religions (titans et dieu ailé) prennent de moins en moins de place dans la vie des humains. Ces derniers se laissent aller, et le Royaume de Vacylnor finit par friser la décadence au début du Deuxième Âge. C'est donc dans ce climat de crise des mœurs qu'un groupe de traditionnalistes nommés les Vatranis (vérité en vieux langage humain) se dresse contre les déviances de la société afin que les humains du Vacyentir renouent avec les "vraies valeurs". Les Vatranis, paradoxalement, vénèrent de nouveaux dieux, des dieux qui - d'après ces fanatiques - ont toujours existé mais attendent que les humains viennent d'eux-même vers eux afin de mériter leur bénédiction. Le groupe de fanatiques veut donc, tout en redressant une société "malade", lui imposer un nouveau culte. Rapidement, les dirigeants humains du Vacyentir se rendent compte de l’utilité d'un tel groupe éthique et religieux et ils décident donc de lui donner du pouvoir et des moyens. Les Vatranis clament qu’en suivant les préceptes des cinq dieux de la vérité, le royaume deviendra l'une des plus grandes puissances d’Illergan. Ces cinq dieux sont Acalandar le dieu de la justice, Soban le dieu des morts, Dandju le dieu de la guerre, Hémérya la déesse du savoir et Rakna la déesse de la nature et de la fertilité. Ces cinq dieux possèdent chacun un serviteur, appelé Alpha, qui l’aide dans sa tâche. Ainsi Agaan porte la balance d’Acalandar, Myceris récolte l'esprit des morts, Meltorn consigne tout le savoir récolté par les humains, Dorkal est l’écuyer de Dandju et Nergon façonne le climat et les saisons. Le changement amené par cette religion est drastique, mais les hommes du Vacyentir sont habilement forcés à l'adopter et il faut finalement moins d'un siècle aux Vatranis pour imposer leurs croyances à tout le royaume. C'est la fin de la décadence et du relâchement des mœurs, et la puissance du royaume croît effectivement en flèche.

Mais un jour, alors qu’une fois de plus Dandju traite Dorkal comme son esclave, ce dernier se révolte et refuse de lui obéir. Il lui dit que les Alphas ne feront à présent plus le travail ingrat des dieux. En guise de représailles, Dandju tue Myceris (l'Alpha de Soban) à l’aide de sa fameuse « Lame de Dandju ». Furieux, Dorkal brise l’épée en deux, la jette sur Illergan et s’attaque au dieu assassin. Une guerre qui va durer plusieurs années se lance entre les dieux et les alphas. En marge de ce combat, Soban, effondré par la mort de sa servante et amante, s’exile vers un plan parallèle à Illergan (Staerren) où il décide d’accueillir les morts et de leur créer une seconde vie. En effet, après la mort de Myceris, l'esprit des morts ne peut plus trouver la paix, ils se mettent alors à hanter les vivants. Amener ces morts dans un autre plan permet dorénavant à Soban de les contrôler et de les façonner comme il l'entend. Après plusieurs années de combat, les Dieux parviennent finalement à enfermer les Alphas sur un autre plan parallèle : le plan infernal. Les vainqueurs retournent alors auprès des humains, et ils découvrent que le chaos règne sur le Vacyentir. En effet, les humains se battent eux aussi pour savoir qui des Alphas ou des Dieux doivent régner sur les hommes. Les dieux, par l'intermédiaire du roi de Vacylnor et des Vatranis, bannissent alors les adeptes des Alphas du Vacyentir et imposent aux humains une nouvelle dénomination de leur culte : La Main de la Vérité. Ils expliquent également que Soban règne à présent sur le Royaume des Morts (Staerren) et que c'est là-bas que les défunts iront inexorablement. Emprisonnés sur leur nouveau plan, les quatre Alphas survivants rencontrent une nouvelle race humanoïde : les démons. Ils décident alors de prendre le contrôle de ce peuple puissant et de mélanger leurs pouvoirs aux leurs. Les démons, impressionnés par la puissance des Alphas, les acceptent comme chefs à une condition : qu'ils leur permettent de voyager entre les plans. Les Alphas, eux-mêmes coincés sur le plan infernal, parviennent tout de même à manipuler les Portes Tserlan afin de respecter cette condition. De plus, les Alphas ont besoin d'un lien direct avec leurs fidèles - expatriés et éparpillés en Illergan, ils décident donc d'utiliser les démons comme vecteurs de leurs pouvoirs et de la foi de leurs fidèles - désormais appelés les Démonistes.

La Main de la Vérité

Ce culte vénère les cinq Dieux de la Vérité, or justice, droiture et honneur sont leurs maîtres mots. Les fidèles, appelés les Vatranis, sont donc des gens droits, honorables et courageux qui essaient du mieux qu’ils peuvent de rendre la vie de leur prochain plus simple et plus agréable, pour peu que ce prochain vénère les mêmes Dieux. L'image que l'on donne aux autres est ainsi fondamentale, et cela passe par un comportement irréprochable en public comme en privé. Néanmoins, les fidèles de la Main de la Vérité ne sont pas très tolérant envers les autres croyances et tendent à vouloir convertir ou brûler les adeptes des autres cultes.
Les dieux de la main de la vérité ne sont pas véritablement adorés par la plupart des fidèles, mais seulement par les fanatiques. Les autres croyants ont simplement conscience de l’existence de ces Dieux tout-puissants, ils les respectent et font appel à eux par le biais de prières lorsque c'est nécessaire (Rakna pour les récoltes, Acalandar pour les jugements, Dandju pour les combats, etc…). Des offrandes de nourriture, d’objets ou encore des sacrifices animaliers sont également de mise lorsque l'enjeu d'une prière est de taille.
Les endroits où les deux morceaux de la Lame de Dandju sont tombés (Cahorl et Silannor) sont devenus des lieux saints puis des grandes villes du Vacyentir. Les deux morceaux de l’épée sont considérés comme des reliques divines et les fidèles viennent prier auprès de ces objets saints.
C'est la religion dominante parmi les humains du Vacyentir, mais elle est en revanche tout à fait minoritaire dans les autres régions d’Illergan.
Les hommes adeptes de la main de la vérité ont généralement le crâne intégralement tondu, tandis et les femmes ne se rasent que les côtés du crâne. Les membres du clergé ont en plus une main tatouée colorée sur le front et ne s’habillent qu'en blanc. Les simples fidèles portent parfois également ce tatouage mais à des endroits plus discrets comme les bras ou le torse.

Démonisme

Les fidèles des Alphas sont des gens droits et courageux (comme les Vatranis) mais aussi incroyablement rancuniers et susceptibles. L’honneur et la loi du Talion sont les deux piliers de cette religion : tout ce que fait un démoniste doit lui apporter de la gloire ou en tout cas ne pas le déshonorer, et si jamais on porte atteinte son fameux honneur, alors le fidèle n'aura de cesse de s'être vengé, généralement dans le sang.
Les fidèles craignent les Alphas, ils les respectent pour leur puissance et non pour leur bonté. Les faveurs accordées par ces Dieux sont rares et doivent être durement méritées, mais elles valent toujours largement la souffrance endurée.
Pour pouvoir adresser une prière aux Alphas, les fidèles doivent effectuer un sacrifice. Plus la taille de la bête est importante et plus grande sera la récompense. Les Démonistes pratiquent aussi le sacrifice humain mais seulement à la fin d'un combat victorieux afin de remercier Dorkal pour leur succès : ils achèvent le plus puissant des survivants à l’aide d'un couteau sacrificiel tout en psalmodiant leur prière. Ces mêmes prières réclament généralement de la force ou de l'endurance afin de pouvoir se couvrir de gloire ou punir les traîtres et les sans-honneur.
Avant de partir pour Staerren, Soban a enterré Myceris au Sud de Cahorl dans la ville de Mycina. Ce lieu, saint aux yeux des Démonistes, a longtemps été sous le contrôle des Vatranis (qui avaient néanmoins bien trop peur des représailles de Soban pour oser souiller le sanctuaire) mais à la fin du Troisième Âge, les Démonistes ont réussi à récupérer le contrôle de la ville, grandement aidés par une armée de démons. Les pèlerinages vers cette destination sont donc courants mais tout de même risqués pour les Démonistes.
Étrangement, et à part concernant La Main de la Vérité, les Démonistes sont plutôt tolérants envers les autres cultes. Ils se considèrent comme une élite dans leur honneur, les seuls pouvant être bénis par les Alphas, les infidèles ne représentent donc rien de moins que des êtres normaux, libres de vénérer d'autres Dieux moins puissants.
On trouve des Démonistes un peu partout sur Illergan, à plus ou moins forte concentration. En revanche, la forte présence des Vatranis au sein du Vacyentir rend la vie des Démonistes difficile dans cette région d’Illergan.
Enfin, ils s’habillent avec des couleurs foncées (en noir le plus souvent) et arborent de nombreux tatouages démoniaques sur tout leur corps. Ils portent aussi leurs armes le plus ostensiblement possible, comme symbole de leur force.


Dieu Ailé

Histoire

Au tout début du Premier Âge, deux tribus humaines se disputent le contrôle de l'île d'Urlical sans parvenir à se départager. Les prêtres de l'une des deux tribus décident d'en finir avec ce conflit en invoquant une aide divine. Néanmoins, les humains ne vénèrent aucun entité précise à cette époque, les prêtres ont donc les plus grandes peines à invoquer un quelconque pouvoir. Pourtant, lors de leurs expérimentations, ils parviennent accidentellement à activer la porte Tserlan d'Urlical, ouvrant ainsi un portail vers le plan céleste. De ce portail surgit un Tyr'navoice qui, aussi malin que puissant, saisit immédiatement l'opportunité qui s'offre à lui : il fait comprendre aux prêtres qu'il a la force d'anéantir l'autre tribu, mais qu'il faut pour cela lui prêter allégeance. Les prêtres, d'abord apeurés puis ravis, acceptent et conduisent rapidement leur peuple à la victoire grâce à la puissance brute du Tyr'navoice. Les humains créent alors un véritable culte à la gloire du "Dieu Ailé". Cette foi procure petit-à-petit de grands pouvoirs au Tyr'navoice qui décide de s'en servir sur son propre plan : il prend par la force le pouvoir sur tout son peuple et devient son maître incontesté. Les Tyr'navoices deviennent ainsi les serviteurs et les messagers du Dieu Ailé, navigant d'un plan à l'autre pour interagir avec les humains. Le Dieu Ailé, prenant son rôle divin très au sérieux, accorde par exemple aux humains la possibilité de se réincarner en Tyr'navoices après leur mort, à condition qu'ils aient suivi ses commandements de leur vivant. De plus, cherchant à convertir toujours plus d'humains à son propre culte, le Dieu Ailé envoie régulièrement ses sujets en Illergan afin d'aider et de guider ses fidèles dans leurs conquêtes, qu'elles soient belliqueuses ou non.
Bien plus tard, quand les humains se sont installés un peu partout en Illergan, ils se convertissent à d'autres cultes tels celui des Titans, mais les habitants du Sud d'Illergan (Lerg, principalement) demeurent majoritairement fidèles au Dieu Ailé, et une partie des elfes et des servénors de ces régions ont même fini par adopter ce culte à leur tour.
Il est à noter que le culte du Dieu Ailé n'est pas entièrement focalisé sur le Dieu lui-même, car il accorde également une certaine importance au peuple des Tyr’navoices en général, si bien que ces derniers ont eux aussi gagné des pouvoirs, dans une moindre mesure. Et c'est cet afflux de puissance en provenance directe d'Illergan qui explique l'actuelle très nette domination des Tyr'navoices sur les autres espèces du plan céleste.

Religion

Les Tyr’navoices sont des êtres qui adhèrent avec beaucoup de sérieux à des valeurs telles que la fidélité, l'honnêteté et le courage. Le Dieu Ailé place donc son culte sous le même signe. Les fidèles se doivent d’être bons, vertueux et surtout de prier très régulièrement : au moins trois fois par jour. Ils se rendent donc très souvent au temple dans ce but mais pas seulement : être vu en train de prier est en effet presque aussi important que la prière elle-même. Cette dernière quémande en générale la faveur du Dieu Ailé, sous toutes les formes possibles. Occasionnellement, lorsque les prières gagnent soudainement en nombre et en intensité, un Tyr'navoice est envoyé dans le temple qui a accueilli lesdites prières afin d'aider les fidèles à vaincre la cause de leurs tourments.
Si, lors de sa vie, un fidèle a suivi à la lettre les enseignements de son Dieu et qu’il a accompli de grandes choses en son nom, il peut être jugé digne de réincarnation en Tyr’navoice et pourra vivre ensuite aux côtés de son maître bien aimé. Dans le cas contraire, il doit recommencer : il est réincarné sur Illergan en un nouvel être vierge de tout souvenir.
Vis à vis des autres cultes, les "ascentis" - comme on nomme les fidèles du Dieu Ailé - ont été par le passé extrêmement intolérants et belliqueux mais, leur culte n'étant plus majoritaire, ils ne sont guère agressifs que lorsque l'on blasphème sur leur Dieu. Le reste du temps, ils se contentent d'ignorer avec hauteur les infidèles qu'ils croisent et refusent en général de leur adresser la parole. Ils voient en revanche les non-croyants comme de potentiels nouveaux fidèles et sont aussi accueillants et chaleureux avec eux qu'avec leurs semblables, du moins pendant un temps.
La cité d’Urlical, celle de Taërson ainsi que les tombeaux des Tyr'navoices tombés au combat sur Illergan sont devenus des lieux de pèlerinage pour les ascentis, on y trouve d'ailleurs des temples sans âge remplis de reliques rares et de manuscrits aux caractères oubliés.
Par ailleurs, chaque fidèle porte sur lui un écusson sur lequel figurent deux ailes stylisées, écusson généralement très voyant car décoré de couleurs vives et de métaux brillants. Enfin, comme la plupart des ascentis sont capables d'invoquer un paire ailes quotidiennement, ils arborent généralement des armes à longue ou moyenne portée, comme l'arc, l'arbalète ou encore la lance.



Toh-Argan

Histoire

Lorsque les servénors mettent pour la première fois le pied sur Illergan, au cours du Premier Âge, ils sont faibles et peu nombreux. Ils tentent de dompter les nouvelles terres qui s'offrent à eux mais se heurtent rapidement et violemment aux élémentaires, créatures nouvelles pour eux. N'ayant ni la force, ni les moyens de lancer une guerre contre cette engeance, les servénors décident sagement de respecter les élémentaires et d'apprendre à vivre avec eux. Cette philosophie porte ses fruit, et les servénors se rendent vite compte que les élémentaires, loin d'être des bêtes sauvages, tolèrent la présence des nouveaux venus à condition qu'ils respectent l'intégrité de leur domaine. Enfin, lorsque des chasseurs aperçoivent pour la première fois un Titan, les sages servénors déclarent presque unanimement qu'il s'agit d'un Dieu et qu'il faut le vénérer afin de garantir la sécurité des clans. Le culte des Titans, aussi appelé "Toh-Argan", est né. Il s'agit essentiellement de la conversion des traditions et des mœurs de l'époque en véritable religion, mais le culte apporte aussi une relation particulière entre les Titans et les "tohistes". Le Toh-Argan croît très rapidement au sein du peuple servénor, et il restera leur culte principal pendant des millénaires. De plus, pendant le Second Âge et notamment après la Reconquête au cours de laquelle les servénors se sont distingués, des milliers d'êtres de toutes les espèces se convertissent au Toh-Argan, rendant ce culte majoritaire en Illergan, comme c'est toujours le cas aujourd'hui.

Religion

Les fidèles de Toh-Argan sont très respectueux de la nature et des élémentaires. Cela n'empêche que si un arfayt ou même un titan s’attaque à des tohistes, ceux-ci défendront chèrement leur vie et ferons tout pour écarter le danger. Les fidèles font simplement tout leur possible pour que ce genre d'affrontement n'arrive jamais, tout en restant conscients qu'un élémentaire est dangereux par nature. Lorsqu'ils exploitent la nature (bois, minerai...), ils le font en respectant des règles strictes de préservation de l'environnement, et ils font très attention à ne jamais rien gaspiller et à ne pas prendre plus que ce qui est nécessaire. Ils prient pour s’excuser quand ils abiment la nature ou un élémentaire, ou encore pour remercier les titans de leur offrir une nature si riche. Ils ne prient en revanche jamais pour demander quelque chose.
Les tohistes ne sont pas hostiles envers les membres des autres religions, ils considèrent simplement que ces gens sont « aveugles » car ils adorent des dieux lointains alors que devant leurs yeux vivent les titans, ces êtres si puissants, sources de toute vie.
Il existe quelques lieux de recueillement et de pèlerinage pour les fidèles : il s'agit des endroits où un Titan est mort. Ces sanctuaires sont particulièrement propices à la prière et décuplent les pouvoirs conférés par les Titans aux tohistes.
Ces derniers sont d'ailleurs facilement reconnaissables grâce leurs tsaans : ce sont des tatouages tout à fait normaux mais qui, à force de prières, ont fini par se transformer en substance élémentaire : un mélange de matière et de mana pur. Ils ont alors diverses propriétés que peuvent exploiter les tohistes.



Haranisme

Coming soon

biggrin






Date de création : 25/06/2015 # 17:49
Dernière modification : 24/10/2016 # 18:52
Catégorie : Religion
Page lue 328 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 49 membres


Connectés :

( personne )
Culture
On s'enc*le ?
 
Définitivement
J'ai poney, désolé
Jamais entre les repas
Résultats
Le Forum
Nous avons l'honneur de vous présenter le forum d'Illergan!

lien-illergan.jpg
Informations
Pour nous contacter, merci d'envoyer un mail à  : illergan.admin@gmail.com

Merci à vous !
Licence
Contrat Creative Commons
Illergan by Youri Palevody - Erwann Delpoux - Thomas Deschastres
est mis à disposition selon les termes de la
licence Creative Commons Paternité -
Pas d"Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France
.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence
peuvent être obtenues à
illergan.admin@gmail.com.

Par ailleurs, ce site et tout son contenu sont protégés par la loi du droit d'auteur du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985.
Tous droits réservés - 2005 - Youri Palévody - Erwann Delpoux - Thomas Deschastres

Texte à méditer :  
Troll affamé n'a pas d'oreilles.

-Proverbe Gnome
   

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^